Le verger-maraîcher

Ce soir, nous allons parler de la façon dont nous allons planter les arbres au milieu des cultures maraîchères… car il ne faut pas faire n’importe comment, de nombreux facteurs sont à prendre en compte.

Tout d’abord, il faut éloigner la ligne d’arbres des cultures légumières car si on les met trop proches, les racines des arbres pourraient concurrencer les légumes. Une distance de 3 mètres est un minimum (différentes solutions sont possibles pour éviter que les racines ne soient trop horizontales et franchissent les 3 mètres).

En plus de la concurrence des racines, il faut penser à l’ombre portée des arbres et à l’orientation des alignements pour que les légumes puissent tous avoir à un moment ou l’autre de la journée suffisamment de lumière/soleil. C’est pour cela que depuis le début de l’implantation des légumes toutes les planches de cultures ont été orientées Nord/Sud tout comme les allées de circulation !!!

Une autre chose à prendre en compte, c’est l’optimisation des alignements. Il ne faut pas que les arbres soient trop près les uns des autres pour leur bon développement mais si on les éloigne trop, on risque d’avoir des rendements trop faibles et de mettre en péril l’équilibre économique de la ferme. Pour éviter cela, on laisse des écartements relativement importants (en comparaison des vergers conduits de façon classique) mais pour optimiser l’espace sur le rang, on met entre chaque arbres des arbustes (fruitiers ou non) et entre chaque arbustes, des plantes dîtes « basses ». Par exemple, sur une ligne où on implantera des arbres à pépins (pommes, poires) pour optimiser l’espace, on pourra mettre des arbustes (gojis, poivriers du Sichuan, myrtilliers, groseilliers, ….) et au niveau en dessous des cultures encore pus basses (artichauts, rhubarbes, aromatiques, …) qui optimiseront l’espace, minimiseront l’entretien et diversifieront fortement les espèces présentes sur l’espace maraîcher.

Cette manière d’implanter les arbres est une façon contrôlée, mais très diversifiée pour laisser quand même un large espace d’expression à la nature. Les haies ainsi créées, serviront de gite pour toutes les espèces d’oiseaux, d’insectes, de rongeurs et autres prédateurs qui voudront bien loger sur cette espace. Chaque espèce animale trouvera forcément à un moment ou à un autre un lieu d’accueil qui lui conviendra. Si par malchance cela n’arriverait pas, nous leur donnerons un coup de pouce supplémentaire en installant des logements divers et variées (encore une fois ).

Pour les personnes qui souhaiteraient approfondir ces techniques, vous trouverez sur le site suivant un excellent guide :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *